Drôle de gouvernance !

Étiquettes
28 mars 2016

Drôle de gouvernance !

Territoriale
Territoriale

Cela n’a rien d’un conte de fées. Il s’agit, bien au contraire, d’un mélodrame qui se joue dans le microcosme politique congolais, avec comme metteur en scène la Majorité présidentielle.

Autant elle n’arrête pas de chercher à tourner en bourrique une bonne partie de la population, autant la Majorité présidentielle (MP) s’emploie, par de funestes subterfuges, à repousser à bien plus tard, voire à jamais, les élections présidentielle et législatives de novembre 2016.

Bras séculier du pouvoir, la MP semble avoir habitué certaines strates de l’opinion publique à ses « jongleries », marquées malheureusement sous le sceau de la tricherie et de l’intimidation. Et elle fait des pieds et des mains pour pouvoir s’en tirer à bon compte. Le dernier ballet en date, c’est celui qu’elle vient de faire revivre aux Congolais à travers les élections – à vite oublier – de gouverneurs de province.

La logique mise en avant – logique sortie, il va de soi, des officines de cette plate-forme, est tout ce qu’il y a de plus renversant. Avant-hier « gouverneur de province », hier « commissaire spécial » et aujourd’hui gouverneur « élu » ou de nouveau gouverneur, dans le format de 22 nouvelles provinces, c’est à cet embêtant exercice que « nos (…) mandataires » d’un autre genre ont été soumis dans l’actuelle gouvernance signée MP.

Le moins que l’on puisse dire pour le moment est que le pays s’est fait embarquer dans un drôle de gouvernance politique. Ce qui, à première vue, apparait comme un simple jeu de mots, n’en est pas un. C’est au contraire la partie visible d’une réalité dont la dangerosité ne pourrait être prise à la légère par les bonnes consciences.

Dans tous les cas, les Congolais n’ont aucun bénéfice à tirer d’une gouvernance logée à une enseigne qui a pour nom : tricheries, magouilles, coups bas, bref antivaleurs. A quoi peut-on s’attendre lorsqu’à la Majorité présidentielle on a préféré prendre les antivaleurs pour mode de gouvernance politique ?

Bien évidemment, pas à quelque chose de bon qui puisse faire avancer et consolider la paix, l’unité et la concorde nationales… Le pays en a grandement besoin au lieu de continuer à lui faire perdre son temps notamment dans des forfaitures comme c’est le cas ces derniers temps.

Tout compte fait, les Congolais gagneraient s’ils voyaient les choses dans le sens de la réaffirmation des valeurs de paix et de justice qui fondent la société congolaise.

Partagez

Commentaires