Crash d’un drone de surveillance de la Monusco à l’aéroport de Goma

Drone de la Monusco

Drone de la Monusco

Un drone de la Monusco, mis en service en novembre 2013 au Nord-Kivu pour surveiller la frontière entre la RD Congo et le Rwanda accusé de soutenir en armes et en troupes à la rébellion du M23 aujourd’hui défaite par les FARDC, s’est écrasé mercredi 15 janvier 2014 vers 10H00 (8HOO TU) à l’aéroport international de Goma (Nord-Kivu).

« A l’aéroport international de Goma, c’est bien là où ce crash s’est passé vers 10 heures du matin, de ce mercredi 15 janvier 2014 », a annoncé le porte-

parole militaire de la Monusco, le Colonel Félix Prosper Bass, lors de la conférence hebdomadaire de la Monusco à Kinshasa.

Fin 2013, deux drones avaient été affrétés par Les Nations unies auprès d’une société privée de sécurité en Italie, dans le cadre de la Résolution 2098 du Conseil de sécurité aux fins de surveiller les frontières orientales de la RDC mais aussi les mouvements des groupes armés.

A présent, il reste qu’un seul drone en service  après le crash du mercredi au chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Enquête ouverte

Le porte-parole militaire de la Monusco, qui a indiqué que « les causes exactes de ce crash ne sont pas encore connues », a annoncé l’ouverture d’ « une enquête pour déterminer les vraies raisons ».

Selon des sources indépendantes, le crash serait consécutif à « une défaillance technique, provenant du centre de commandement de ces aéronefs sans pilotes ».

Pour la Monusco, cet accident « ne change rien à la mission de sécurisation de la population, telle qu’approuvée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, car d’autres avions sans pilotes viendrons dans le temps à venir pour compléter l’effectif de ces appareils mais aussi l’impact de leur travail de surveillance des endroits menacés du pays».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *